Vers une crise des déchets?

Vers une crise des déchets?

Hier soir, à Radio-Canada, on avait un petit aperçu de ce qui se passe au Québec : Des sites d’enfouissement arrivent bientôt à leur pleine capacité. Que se passera-t-il ensuite?

                   

En bref, il faudra en ouvrir d’autres, mais qui veut un site d’enfouissement dans sa ville?

Ça, c’est une bonne question.

Et en attendant, est-ce qu’il y a des solutions pour atténuer cette crise de trop plein de poubelles? Parce que des déchets, il y en a des tonnes à gérer et ça ne s’améliore pas tant que ça.

Le recyclage et le compost dit-on.

Le mirage du recyclage

 Je doute du recyclage, parce que ce n’est pas nécessairement plus joyeux dans les centres de tri.

De un, il y a encore tellement de gens qui mettent des cochonneries au recyclage et ça se retrouve au site d’enfouissement anyway!

De deux, on n’a pas de clients pour revaloriser certaines matières. Alors on reste pris avec.

Bref, c’est pas gagné… Il faudrait déjà focuser sur les « vraies » matières qu’on peut recycler localement!

Une autre solution serait d’établir des règles plus strictes envers les entreprises qui créent tous ces déchets qu’on doit jeter.

               

Taxer ceux qui n'en font pas assez

 À court terme, ça semble être une bonne solution.

           

                « Si moi, entreprise privée, je mets un produit sur le marché qui ne sera pas recyclé en bout de ligne, je vais être pénalisé, donc je vais m’assurer que ce que je mets sur le marché va être accepté par les centres de tri et va ultimement être recyclé, alors je vais me responsabiliser »            

                                                                        - Karel Ménard, directeur général, Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets                                                          

Ça ou des lois gouvernementales?

Chacun dans sa cour

 En attendant que les solutions se discutent et se trouvent, essayons de notre côté de penser à nos déchets autrement!

La phrase à la fin du reportage est priceless :

« il faudra accepter de passer à l’idée du « Pas dans ma cour » à celle du « Chacun dans sa cour »

Quand j’entends ça, je vois littéralement tout le monde ensevelir leurs déchets dans leur cour. Avouez que l’image est forte!!!

Admettons qu’on vit dans ce monde là :

  • Il n’y a plus de collecte de déchets.
  • On doit apporter notre recyclage dans des endroits prévus à cet effet, comme on le fait pour nos canettes ou nos batteries.
  • Les déchets et le compost doivent être gérés à domicile; enterrés dans notre cour. Pas le droit de les brûler!!

Est-ce que vous regarderiez davantage les déchets que vous faites si vous deviez les enterrer dans votre cour?

Entk, moi oui.

On ne les verrait certainement pas de la même manière et on ferait probablement plus attention?

Et pourtant, on devrait tellement voir nos déchets comme ça. Quand on y pense deux minutes… Ce n’est pas magique lorsqu’on met quelque chose dans les poubelles. On pense que ça disparaît, qu’on est débarrassé à la seconde qu’on le jette, mais non. Sa vie ne se termine pas dans notre sac noir. C’est collecté, ça fait encore beaucoup de chemin et ça s’en va dans une cour. Pas la nôtre, qu’on se dit. Alors c’est pas grave…

C’est pas grave. On s’en fout.

On se dit tous ça. Depuis notre naissance… C’est fou, non?

En conclusion

Pendant une semaine, essayez de vous imaginer dans un monde où vous devez ensevelir tous vos déchets.

Regardez vos déchets autrement.

Tout ce plastique…

Est-ce que ça vous fait mal au cœur autant que moi?

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas visible. Les champs marqués sont obligatoires *